• Em with love

VIVE LES MARIES !

Ca y est, le décompte est lancé, le grand jour se rapproche. D’ici quelques semaines / mois, votre ami(e), votre fille/fils, votre cousin(e), sœur/frère va prononcer ce grand oui, qui le liera à l’être aimé pour la vie. Arrive alors la réflexion sur ce que tout le monde attend de vous, votre discours. Car oui, c’est une étape incontournable de cette journée, et vous, ayant une place importante dans le cœur des mariés, êtes attendu à parler devant toute l’assemblée.



Pour certains, c’est une partie de plaisir, pour d’autres, c’est plus délicat. Il est vrai qu’il n’est pas toujours facile de parler devant une assemblée et surtout de se livrer. Mais il est important de garder à l’esprit que c’est un instant privilégié entre vous et les mariés, un instant pour vous replonger ensemble dans vos souvenirs, un instant pour leur partager l’affection que vous avez pour eux. Dès lors que ce soit un discours émouvant, marrant, ou amusant, lâchez-vous, car c’est une occasion qui ne se représentera pas tous les ans (et heureusement !).



Même si nous nous attendons généralement à voir les mariés, les parents des mariés et les témoins s’exprimer, il n’y a évidemment aucune obligation à cela, et d'autres peuvent se joindre à la danse. Parrain, marraine, cousine, ami de longue date, tout le monde peut avoir une attention pour les mariés, à condition que le tout soit bien coordonné. De plus, les témoins peuvent parfois être amenés à faire un discours en commun, d’autres écriront plutôt une chanson, certain aussi réaliseront une présentation avec des photos pour éviter de devoir parler et c’est complètement ok, l’important, c’est de montrer que vous y avez pensé.



Et quand est-ce que sont prévus ces différents discours ? En ce qui me concerne, lorsque je travaille sur un mariage en tant qu’officiante et coordinatrice du jour j, je m’occupe moi-même de répartir les discours dans les différentes étapes de la journée. Ainsi, certains se retrouveront pendant la cérémonie laïque, d’autres pendant le vin d’honneur avec une coupe de champagne à la main, et d’autres encore seront placé durant le repas, en interlude après l’entrée, avant le repas, après le repas, et avant le dessert, etc. C’est ici, généralement que j’intègre les différentes vidéos, présentations, etc.



Quelques tips pour un discours réussi ?

  • Pas trop long ! personne n’aime les longues tirades. Synthétisez vos idées. Un discours réussi est un discours de moins de 5 min.

  • « Je vais boire quelques coupes avant pour me mettre à l’aise » n’est définitivement pas une bonne idée. Une coupe, ok, la bouteille entière, c’est non !

  • Adressez-vous auX mariéS. Même si vous êtes la sœur du marié, ou la meilleure amie de la mariée, ce mariage est composé de deux personnes. N’oubliez pas.

  • Écrivez un texte personnalisé ! et pas de plagiat, ou mentionnez la personne que vous citez. Parfois même, vous pourrez vous inspirez d’un texte existant pour vous lancez dans l’écriture de votre discours. Mais ne citez pas un discours trouvé sur le net, il y aura toujours une personne pour s’en apercevoir.

  • Trouvez la bonne balance entre l’émotion et l’humour. Les invités ne veulent pas passer 10 minutes à pleurer, rire, c’est bien aussi.

  • Des dossiers, oui, mais rien de trop compromettant. Personne n’a besoin de savoir ce qu’il s’est passé à cette soirée-là, "tu sais, celle d'il y a 10ans". Et surtout pas les parents !

Un passage de mon discours, adressé à ma soeur :


"(...)On en a vécu des moments toutes les deux, et des beaux ! Parmi les plus beaux, je pense que je garderai toujours dans un coin de ma tête, ces deux semaines passées ensemble, à Sydney. Cette excitation ressentie à l’aéroport, lorsque je t’attendais. Ton avion avait du retard, et dès que les portes s’ouvraient, j’allais de déception en déception, jusqu’à voir ta petite tête. Je vivais pourtant plutôt bien, je n’étais pas vraiment à plaindre, mais pour la première fois, dans ce pays à l’autre bout du monde, ma sœur était là, ma vraie famille était là. Et je ne me sentais plus seule. Lorsque tu es partie, j’ai réalisé que ma place était ici, près de vous. Qu’il était temps de fermer cette parenthèse, aussi merveilleuse soit-elle. Je me souviens avoir eu mal, comme si on m’avait retiré une partie de moi lorsque tu es repartie pour la Belgique. Et je me suis jurée de ne plus jamais avoir à vivre cela.


On en a vécu des moments toutes les deux, et des moins beaux. On en a traversé des épreuves, surtout ces dernières années, ces derniers mois. Quand on pense qu’on ne peut pas vivre pire, un autre truc nous “pète à la gueule“ mais on doit faire avec. On se relève, et on continue d’avancer. Parce que la vie, dans le fond c’est ca. L’important, dans chaque étape que nous traversons, plus ou moins graves, c’est d’avoir sa famille, ses amis, ses proches sur qui compter. Et Dieu sait comme tu me l’as prouvé à plusieurs reprises.(...)


(...)Gilles, je te remercie pour les étoiles que tu as posé au coin des yeux de ma sœur depuis 14 longues années maintenant. Je n’aurai pu rêver mieux comme beau-frère. Malgré mon sale caractère, tu es toujours présent pour m’épauler lorsque je traverse quelque chose de compliqué, et tu m’as toujours ouvert votre porte. On dit souvent que lorsqu’on se marie, on se marie toujours un peu avec la famille aussi, et Dieu sait comme la nôtre n’est pas toujours évidente à supporter, tant nous vivons tout à l’extrême, et que nous avons très peu de demi-mesure. Mais tu l’as accepté, et aujourd’hui, c’est avec beaucoup de joie que je te souhaite la bienvenue dans la famille, même si, honnêtement, aujourd’hui ne sera pas différent qu’hier, car ça fait déjà 14 années maintenant que je te considère comme mon grand frère."




99 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout